Ouragan artificiel

Posté dans : Uncategorized | 0

J’étais dans une volonté de détachement au cours des dernières semaines. Je m’amusais à faire une liste mentale des objets que j’avais accumulés au cours des années et qui ne servaient plus vraiment. Tout en pensant à ces objets, je me souvenais pourquoi je les avais gardés  depuis aussi longtemps… Le coffre de couture qui servait à ranger quelques aiguilles et différentes couleurs de bobines de fils par exemple; sa valeur sentimentale : un cadeau de mes parents pour la fin de mes études au secondaire. Ou encore…la belle coutellerie dorée reçue en cadeau de mariage de mes grands-parents? Que faire maintenant de ces objets auxquels j’associais souvenirs et sentiments? Sont-ils toujours aussi importants?

Je ne pensais pas écrire sur ce sujet, mais  faire plutôt une  liste et demander à mes filles si elles voulaient certains objets. Voilà que je n’ai pas encore officiellement mis de l’avant ce premier projet que la vie vient  m’imposer une autre occasion de détachement.

Un détachement non prévu, involontaire, m’a soudain fait vivre, à ma grande surprise, une panoplie d’émotions : déception, inquiétude, découragement, colère et même de la peine!

Je ne m’étais pas rendue compte à quel point j’y étais attaché, ni l’importance qu’il avait dans mon équilibre, dans mon quotidien. L’été dernier, j’ai dû m’adapter au changement qu’il m’imposait dans ses courriels. Pourquoi voulait-il compliquer notre communication? Ça fonctionnait bien avant, pourquoi plus maintenant? Aussi bien consulter. Un premier spécialiste m’a donné espoir à condition que je fasse des changements dans ma façon de faire avec lui.

J’ai accepté ces changements, et sans préavis, il m’a sacré là …il m’a abandonné…il m’a flushé comme on dit! Malgré tous mes efforts de réconciliation, finie la discussion! Le deuxième spécialiste en informatique était catégorique… peine perdue, mon ordi était fichu!

Le détachement non prévu, c’était  la perte de mon portable aussi fidèle que fiable, mon compagnon de travail!

Je devais me résoudre d’acheter un portable neuf trop cher ou un portable réusiné, un choix écologique, logique et surtout moins coûteux, convenant au budget d’une travailleuse nouvellement autonome comme moi!

Non seulement je devais vivre le deuil de me séparer de mon portable tant aimé, mais mon p’tit nouveau n’était pas aussi beau, ni aussi gros, n’avait pas tout ce que l’autre avait… vous savez, le même genre de déception que de rencontrer quelqu’un de nouveau qui n’est pas à la hauteur de nos attentes!

Ma réaction émotive dans cette histoire me surprend. Pourtant tous mes besoins de base sont comblés, je suis en sécurité, j’ai habituellement une bonne capacité d’adaptation. Pourquoi est-ce que je vis maintenant autant d’insécurité et d’incertitude?

Je pense aux victimes de l’ouragan Matthew qui malgré les dégâts ont su rebondir et reprendre leur vie avec résilience… mon problème d’ordi est bien petit en comparaison! Ceci dit,  j’ai tout de même vécu tout un détachement qui m’a mis à l’envers pendant plusieurs jours comme un ouragan. Vais-je rebondir? Oui, comme toujours. Pendant combien de temps est-ce que je vais me laisser atteindre par ces émotions? C’est à moi de le décider! Le détachement, c’est aussi le désir de choisir.

Répondre